• Après des mois d'incertidude, j'ai envie de reprendre l'écriture sur ce blog, mais avant je vais également le migrer chez eklablog.

    Adresse: http://labiographiedepaquerette.eklablog.com


    1 commentaire
  •  La vie est toujours difficile pendant ce beau printemps. parce que je suis fatiguée physiquement et psychologiquement, j'ai beaucoup de mal en formation quand la formatrice aborde les abus sexuels, elle semble mal maîtriser le sujet, et mes questions la dérangent, elles les élucident souvent.

    Mais elle dit des inepties et j'ai beaucoup de mal à supporter, je souffre intérieurement, j'étais beaucoup moins à l'aise que 10 ans plus tard pour réagir.

    Par exemple: La maltraitance physique est très destructrice, les enfants sont complètement cassés. Alors qu'en cas d'inceste l'enfant sait que le parent est détraqué, qu'il fait mal. Bien entendu je suis horrifiée, je voudrais parler mais elle n'en laisse pas le temps, j'ai le cœur qui s'accélère et je me bloque.

    Elle parle aussi du suicide et dit que les personnes qui passent à l'acte pensent à la violence qu'ils infligent à leur entourage. Je réussis enfin à intervenir en disant qu'à ce moment là les gens ne doivent pas vraiment penser, mais qu'ils ont une telle douleur qu'ils veulent y mettre fin, c'est tout. Elle l'entend bien et détourne un peu ce qu'elle a dit, pffft.

    Elle dit que dans l'inceste, il y a très peu de pénétrations, que ce sont surtout des attouchements.

    Elle prétend que l'inceste n'étant pas reconnu par la loi, c'était vraiment différent du viol, je prends la parole parce que les autres boivent ses paroles. Je précise que le viol incestueux est un viol par personne ayant autorité ou par ascendant, donc un viol aggravé, tout le monde semble avoir mieux compris.

    Puis comme elle a expliqué le fonctionnement du père incestueux, avec l'annulation de la différence d'une génération, je demande si quand c'est un inceste frère-sœur c'est le même fonctionnement. elle dit que c'est différent, pour qu'il y ait inceste, il faut qu'il y ait 4 ans de différence ( ce n'est pas vrai, je l'ai appris depuis à l'association) et elle précise que c'est bien un inceste si la sœur n'est pas d'accord et qu'il y a viol. Ou que ce sont des jeux sexuels si la sœur est d'accord. Cela me choque mais je en dis rien, on sait bien que c'est beaucoup plus complexe que cela avec l'emprise, j'en savais beaucoup moins en 2001 c'est sur. Un instant après elle me demande si elle a répondu à ma question, je dis; oui.

    Ensuite pour enchaîner, elle parle des anciennes victimes qui selon elle, tombent dans la prostitution ou dans la psychiatrie, et pour elle il vaut encore mieux la prostitution, elle est beaucoup plus optimiste pour ces dernières, je me demande d’où elle tient ses sources. Cela me dépasse et je dis qu'en tout cas c'est bien destructeur et souvent pour très longtemps, elle est OK.

    Quand je rentre chez moi ce soir là, je crie dans ma voiture pour évacuer toute cette colère que j'éprouvais pendant cette journée de formation, c'est libérateur mais épuisant.

    J'ai même appelé mon psy ce soir là tellement j'étais mal, je lui ai fait part de mes insomnies et je lui annonce que mon père a un cancer, il me conseille pour mon traitement et avance mon rendez vous de quelques jours pour la semaine suivante, cela me réconforte vraiment.

    J'ai tout de même pris le temps d'aller passer 2H avec mon père à l'hôpital, il est paisible allongé dans son lit. J'ai vu une interne dans le couloir, elle est beaucoup moins optimiste que sa collègue, ils font des rayons pour soulager les douleurs, seulement pour ses vertèbres lombaires, on ne sait pas l'évolution. Elle se demande ce que mon père sait, car il parle de ses douleurs comme de banales douleurs de dos, je suis bien d'accord avec elle. Ils viennent lui poser son corset rigide, il est content, car il espère pouvoir être levé avec celui ci.

    Je rentre épuisée ce soir là et c'est à mon fils de 21 ans que je me confie, mon mari travaille de nuit.


    3 commentaires
  • Je commence en mai de cette année 2001, une période très diffficile, incertaine, douloureuse. Je me raccroche à la religion en priant pour mon père et en demandant au Seigneur qu'il ne souffre pas trop, et reste paisible.

    Je trouve mon père changé, il a beaucoup maigri, souffre maintenant en se tournant sur le côté pour manger, toujours à plat, je n'ai pas une bonne impression et je suis très tendue lors des visites. Des amies infirmières pensent comme moi quant à la gravité de ce qu'il a.

    J'ai un rendez vous avec l'interne, après le scanner, mon second fils m'accompagne. L'interne nous dit aussitôt que mon père a un cancer de la prostate, et qu'il y a aussi deux vertèbres atteintes. Ils vont faire des rayons pour atténuer ses douleurs., ils vont essayer de le stabiliser pour le moment.

    Elle ajoute qu'il avait déjà des cellules cancéreuses retrouvées dans sa prostate lors de son intervention de septembre et qu'il le savait. Il est aussi au courant de son état actuel.

    Nous allons voir mon père ensuite qui demande tout de suite ce que nous a dit le médecin. Je lui réponds qu'elle nous a dit ce qu'il avait et qu'il le savait.

    Mon père m'explique que son généraliste était venu lui annoncer le cancer après son intervention, et qu'il avait choisi de ne pas en parler. Et voilà comment l'histoire recommence, 16 ans après la maladie de ma mère. Ma belle mère le savait aussi, mais n'avait pas trop réalisé. Il dit qu'il espère qu'ils vont enrayer ça et il est content car le professeur, la veille lui avait dit qu'il pourrait remarcher.

    Autant dire que tout cela n'est pas facile à vivre, je le quitte après avoir parlé tout à fait d'autre chose.

    Il me reste à l'annoncer à ma belle mère.

    Je passe au cimetière demander à ma mère de me donner des forces.

    Quand j'arrive chez ma belle mère, cette dernière est en larmes, mon mari était passé et lui avait annoncé car je lui avais téléphoné de l'hôpital. Quand je dis à ma belle mère qu'ils aurait pu me dire ce que c'était au niveau de la prostate, elle est agressive avec moi, disant qu'ils avaient décidé de ne rien dire car le généraliste avait dit que ce n'était rien. Je suis en colère après lui car si mon père avait été traité, peut être que ce ne serait pas allé jusqu'aux vertèbres. je dis à ma belle mère que mon père ne me dit jamais rien de toute façon, elle répond qu'entre eux ils se disent tout, sauf que là il y avait 2 jours que mon père était au courant du diagnostic et lui avait caché.

    Ce soir là, je suis épuisée, je ne crois pas que je réalise encore. Nous discutons beaucoup avec mon mari, il est d'un grand soutien.

     

    Mon inquiétude dans les jours qui ont suivis, c'était de réussir à tenir le coup, accompagner mon père, supporter ma belle mère et tenir physiquement avec mon travail.

    Les visites à mon père accompagnée de ma belle mère le plus souvent, car elle ne conduit pas sont très pénibles. Mon père est dans le déni, il parle de son jardin, de changer de voiture. Il évoque les autres fois ou il avait mal au dos  comme si c'était la même chose pas grave du tout. Il est fatigué et du coup, à peine audible. L'avenir, le sien, le mien m'inquiète vraiment.

    Ma formation pour mon travail continue, on voit comment l'enfant qui est en nous a besoin d'être réparé quand on choisit un métier près des enfants.

     

    Et puis en réfléchissant dans les semaines qui suivent, je ne peux m'empêcher de penser que c'est peut être le choc que j'ai asséné à mon père en lui révélant l'inceste avec mon frère, j'en fait part à une amie qui me dit: et tu en fais quoi de ça ? et elle ajoute que je ne pouvais pas faire autrement, il fallait que je lui dise. je réponds; peut être, je ne sais pas.

    Mon père va avoir un corset rigide pour diminuer les souffrances, c'est terrible le cancer des os. Mon père était un homme de labeur travaillant dur la vigne et ne s'écoutant pas, il est complètement affaibli et diminué, c'est attristant de le voir ainsi.

     

     


    6 commentaires
  •  

    Mes séances de thérapie de cette période là ont vraiment servi de défouloir pour dire mes inquiétudes par rapport à la santé de mon père.

    Ce 20 avril 2001:

     

    Le psy veut éclaicir l'après séance dernière ou je me suis sentie si mal car il m'avait proposé un arrêt du travail thérapeutique. Comme je lui avais téléphoné à ce moment là il le sait donc. Il me demande si j'ai été rassurée après mon appel, oui vraiment.

    Nous abordons aussi mon travail de la semaine précédente avec les deux jeunes filles handicapées mentales, il ne cache pas qu'il trouve que c'est trop et que je ne me respecte pas. Je dis que j'ai de plus en plus de mal à supporter les contraintes et que j'essaie de les éviter, il me félicite.

     

    Je lui fais donc part de l'hospitalisation de mon père pendant notre semaine de vacances, il me dit qu'il est âgé et qu'il faut bien m'attendre à ce qu'il soit malade, grabataire et qu'il meure un jour. Je précise que cela a été brutal, je ne me sens pas prête et que je ne me sens pas assez forte pour supporter cela, mon père a 83ans, mais était en pleine forme.

    Le psy: il faut pourtant s'attendre à la mort de nos parents, et vous avez fait ce que vous deviez faire avec lui pour améliorer votre relation.

    Moi: cela n'a rien changé et c'est très pénible pour moi de rester des heures près de lui sans communication vraie.

    Le psy: ça n'a peut être rien changé dans votre relation, mais vous vous êtes libérée et c'est très bien.

     

    Je raconte les problèmes de santé de mon père, les réflexions de ma belle mère, mon refus d'aller le voir tous les jours...........

    Le psy: mais quand est ce que vous allez arrêter de vouloir être irréprochable? et de faire les choses pour les autres ? vous n'en faites pas pour vous, bien sur vous ne le méritez pas, vous en êtes pourtant capable, il y a quelques mois vous réussissiez très bien à le faire.

    Moi: mais quand je suis près de mon père, c'est tout le passé et toute l'enfance qui ressurgissent.

    Le psy: mais vous avez fait un gros travail là dessus et vous l'avez bien fait, maintenant faites des choses pour vous. Et quand vous arrêterez votre travail, il faut le préparer cela, vous ne reprendrez pas un autre enfant quand même?

    Moi: Oh certainement que si, financièrement je serai obligée.

    La psy: non, ça dépend ou on met les priorités et des enfants handicapés ! pourquoi pas des normaux ,

    (Il développe, il ne se rend pas compte de notre niveau de vie avec deux enfants étudiants encore à charge!!!)

    Moi: mais je trouve qu'avec la maladie de mon père je n'ai pas eu de répit, j'étais à peine bien.

    Le psy: oui parce que vous ne vous ne donnez pas de répit, dès que cela va mieux, ça vous fait peur. C'est comme si vous ne vous autorisiez pas, que vous n'aviez pas droit au bonheur, parce que vous avez été malheureuse, vous pensez n'avoir droit qu'à ça, vous culpabilisez d'être heureuse.

    Moi: mais je voudrais bien sortir de ça moi.

    La psy: je ne vous dis pas d'en sortir, je vous dis d'accepter de faire des choses qui vous font du bien, vous allez au bout de votre fatigue et de votre épuisement pour vous autoriser à vous arrêter.

     

    Puis je parle de mon sentiment de violence quelques jours auparavant et que j'avais envie de cogner, il dit de refaire de la sophro, je dis que je pensais avoir dépassé ce stade, il redit que je ne me donne pas le droit de me faire du bien, que je ne me respecte pas. Et je dis que les séances de sophro ne seront pas obligatoirement au moment ou je ressens cette violence, que ce n'est pas sur commande. Il conseille d'apprendre pour le faire seule chez moi, c'est un peu comme la thérapie, je n'ai pas une séance quand je vais mal.

    Je raconte aussi que quand je voulais cogner, mon mari m'avait dit qu'il allait mettre un ballon avec la tête de qui je voulais dessus et j'ai tout de suite répondu, la tête de mon frère, que cette histoire me travaille encore. Il conseille de laisser sortir les émotions et en me raccompagnant me dit qu'il ne retient qu'une chose pour aujourd'hui c'est que je refuse maintenant d'être dans la contrainte.

     

    Après cette séance je passe voir mon père à l'hôpital, il parle plus aujourd'hui mais il est toujours à plat dos, dès qu'on le relève un peu il souffre. Je suis très tendue, il cafouille un peu aujourd'hui en confondant ma belle mère avec ma mère, il parle de mon frère aussi à plusieurs reprises, j'ai du mal. Par contre il fait des projets, veut changer de voiture.........je me débrouille pour aller voir l'interne, c'est normal au niveau de la moelle, par contre il y a une fixation importante dans le dos et du côté de la prostate. Il faut attendre l'IRM et les places sont chères. Je dis seulement ce dernier propos à mon père, il a hâte de partir en convalescence dit qu'il trouvera le temps moins long.

     

    Le lendemain mon amie S. me téléphone pour nouvelles, quand je lui parle un peu de la séance elle trouve que le psy a été dur avec moi, moi aussi, il a peut être voulu me faire réagir.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Après cette semaine difficile, nous sommes partis en vacances avec notre fille et deux amies, aux Pays Bas ou habite notrre fils ainé. Tous les premiers jours j'ai su vraiment profité de ce temps de loisir qui m'était donné et cela a vraiment été agréable, puis j'ai essayé de prendre des nouvelles de mon père en vain, pas de réponse au téléphone, j'ai donc joinss mon second fils resté à la maison  pour qu'il prenne des nouvelles. Lui aussi n'a pas de nouvelles, il se décide à appeler l'hôpital et apprend que mon père est hospitalisé, je suis inquiète et dors trè mal cette nuit là.

    Le lendemain nous prenons la route du retour en visitant la Belgique au passage, dès que je peux, de France ou nous avons passé la nuit, j'appelle ma belle mère. Le médecin a fait hospitaliser mon père car il n'arrivait pas à calmer ses douleurs de dos, ma belle mère a peur que ce soit grave, ce n'est pas pour me rassurer, je me sens triste et angoissée.

    Nous rentrons un samedi en soirée, j'appelle mon père, je lui trouve une voix fatiguée.

    Le lendemain dimanche, nous allons chercher ma belle mère pour aller à l'hôpital rendre visite à mon père. Nous le trouvons sur son lit, complètement immobilisé à plat dos, je réussis à demander des renseignements à une infirmière, il a un tassement vertébral en bas du dos, mais ils n'en savent pas la cause, il faut attendre la scintigraphie et les résultats de prélèvements. Ma belle mère est désagréable et exigeante, elle pensait que je la ramènerais le lendemain, je lui dis que j'irai 2 jours plus tard, elle va trouver quelqu'un pour l'emmener, je dois absolument me préserver si je veux tenir.

    Le lendemain je pense à long therme, il va falloir que je m'affirme avec ma belle mère et vu son caractère, cela ne va pas être facile, il va falloir aussi que je tienne le coup, et cela m'inquiète aussi bien physiquement que psychologiquement.

    Quand je retourne le voir deux jours plus tard, seule, il me dit qu'il ne souffre pas depuis qu'il est immobile, pour manger les soignants le tournent sur un côté. Je le trouve fatigué avec une voix faible, ce doit être du aux antalgiques.

    Dans les jours suivants, ma belle mère m'appelle pour me dire que mon père semble complètement perdu au téléphone, j'appelle l'hôpital et j'ai l'interne qui passe le voir et me rassure, par contre ils n'ont pas vraiment de résultats significatifs, ils le gardent et vont faire une IRM.

    Ce soir là je me sens remplie de colère et de violence intérieure, j'en fait part à mon mari qui me permet de la sortir.

     

    A suivre............


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique