• Je vais essayer...chapitre 4, page 10 la maladie de mon père.............

    Je vais essayer de reprendre le livre de ces années douloureuses pour en terminer avec cette époque de ma vie. Pour en tourner la page et refermer ce livre.

    En 2001, fin juin c'était très très douloureux. Alors que j'allais mieux par rapport à mon vécu incestueux, la maladie de mon père m'atteignait énormément.

    Je rappelle ici qu'il était hospitalisé depuis avril, d'abord au CHU de Nantes puis à l'hôpital local en convalescence près de chez lui. C'est là que je lui rendait visite plusieurs fois par semaine souvent accompagnée de ma belle mère que je passais prendre à leur domicile. Mon mari très soutenant venait aussi quand son travail le lui permettait.

    Mon père avait fait une chute à ce moment là alors qu'il ne se levait qu'avec l'aide du kiné, il s'est fait mal et du coup était mis dans son fauteuil mais sans que ses jambes ne le portent. Après une radio qui montre une fracture du bassin, je trouve que son état se détériore, il a aussi un escarre.

    J'avais l'accompagnement d'un prêtre assez âgé qui me recevait chez lui, c'est mon psy qui me l'avait recommandé, mais ce dernier m'avait dit à la dernière séance qu'il était souffrant. Ce prêtre m'a beaucoup aidée à voir clair sur beaucoup de choses. Je prends donc de ses nouvelles après plusieurs appels infructueux. Il me dit qu'il a été hospitalisé et qu'il était en chimio je compatis et lui dis donc que mon père est malade aussi. je le remercie de nos échanges et lui dis que je vais beaucoup mieux par rapport au passé. Mais je reste très touchée de le savoir atteint.

    J'ai du mal à cette époque à gérer différentes émotions qui sont de la tristesse pour mon père et pour l'ami prêtre et à la fois de la joie pour les réussites de nos enfants. Parfois j'ai l'impression de devenir folle.

    Mon père ne va pas très bien, après une consultation aux urgences pour apprendre qu'il n'y a rien à faire pour son bassin je le trouve perdu à l'hôpital local parlant de son ancien médecin décédé 15 ans auparavant et de ma mère au lieu de ma belle mère. Je crois que ce changement de lieu même s'il a été bref l'a beaucoup perturbé.

    Quelques jours plus tard, ma belle mère pète les plombs, elle n'en peut plus, en a marre d'aller voir mon père tous les jours, Il faut le faire manger comme il doit rester à plat dos. Elle me reproche d'y aller 3 fois par semaine, elle est fatiguée. Elle ne comprend pas que le soir enfin plus dès 16h45 je m'occupe de la fillette handicapée que nous accueillons. De toute façon elle est difficile à comprendre et ce n'est que le début malheureusement.

    Un autre jour je retrouve mon père en consultation de rhumatologie au CHU, le médecin me parle hors de la présence de mon père, le cancer de la prostate est avancé pour qu'il y ait des métastases, l'évolution est défavorable, la guérison impossible. Ses os sont fragilisés par la cortisone.

    Le lendemain c'est pour un genre de furoncle en haut de son bras que le généraliste appelé fait une petite intervention, il a fait un prélèvement. Ce jour là ma belle mère arrive une heure après moi et elle est très énervée. Mon père très calme et serein avec moi auparavant change complètement, elle le contredit sans cesse au lieu de le laisser en paix mais elle ne comprend rien. C'est vraiment un grand malade, il n'a pas pu signer un reçu du notaire que je lui avais apporté.

    Quand je rentre le soir après avoir couché la fillette, je me défoule dans le jardin; arrosage et couper les fleurs fanées j'ai un tel besoin. Mon mari l'aide en débarrassant la table et en rangeant.

     

     

    « Je n'arrive pas!Chapitre 5.................dégradation de la santé de mon père »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :