• Chapitre 5, partie 12: Séance chez la psychothérapeute le 15-6-2000

     

    La thérapeute pense que j'ai trop le traumatisme en tête et que c'est la cause de mes migraines. Je lui fais part de ma colère contenue.

    Elle m'induit une action: Aller ce soir au cimetière sur la tombe de mon frère et lui dire ce que j'ai envie de lui dire, lui cracher tout cela. Puis renverser un vase ou une plaque et donner des coups de pieds dans sa tombe.

    Je dis que ce sera très difficile, je l'ai tellement pleuré. Cela me parait très violent surtout et ce n'est pas en accord avec mon ressenti intérieur.

    Elle me propose ensuite une séance pour sortir ma colère, elle place un matelas debout le long du mur et me dit d'imaginer que c'est mon abuseur. Comme je suis un peu figée, elle commence à donner elle même des coups de poingts dedans, pour moi ça ne démarre pas, alors elle commence à me toucher, j'ai du mal à supporter, je pleure et crie que je ne peux pas.

    Elle me touche la poitrine et dit: "et s'il vous touche" j'ai toujours du mal à réagir autrement qu'avec les larmes, elle me prend le bras et cogne dans le matelas. Je pleure, puis me mets à cogner toute seule en hurlant, elle m'encourage, puis je me fatigue et elle est obligée de m'arrêter en me prenant les bras, et elle me prend dans ses bras, je suis surprise et mal à l'aise, je n'ai aucune affinité avec elle.Je sanglotte et j'ai du mal à me laisser aller. Elle m'aide un peu, je lâche enfin et je l'agrippe, assez longtemps, je me calme enfin et elle me fait asseoir, elle s'asseoit près de moi, entoure mes épaules, je balance ma jambe nerveusement, elle pose sa main dessus et me dit de me calmer.

    Elle dit que j'ai contenu si longtemps que ce n'est pas étonnant  que je suis mal et qu'il y a beaucoup à sortir.

     

    Je lui dis que souvent je pensais que j'aurais eu besoin des bras de ma mère pour pleurer. Elle dit : Vous avez eu les miens, elle n'est plus là !

     

    Je dis aussi que j'aurais voulu avoir mon frère en face pour lui cracher toutes ces horreurs, elle dit vous allez aller au cimetière lui cracher tout cela.

     

    Elle me donne un verre d'eau puis me conseille d'aller marcher près de son cabinet et si cela ne va pas de ne pas hésiter à sonner chez elle. Elle me demande de lui téléphoner après mon passage au cimetière.

     

    Je vais marcher un peu, mais mes jambes me portent à peine, je vais m'asseoir sur les marches extérieures d'un batiment désaffecté, j'appelle mon mari qui me réconforte.

     

     

    Dès le soir, je vais au cimetière ou est mon frère, accompagnée de mon mari, seule, j'en étais incapable. C'est très dur, mon mari m'encourage, je dis ce que j'ai sur le coeur. Je renverse la plaque que nous avions offert.

    En repartant, je dis à mon mari que je ne remettrai plus jamais les pieds ici.

     

     

     

     

    Nous sommes 10 ans plus tard, et bien sur je suis retournée sur la tombe de mon frère, en plus depuis presque 4 ans il y a aussi dans la tombe le second mari de ma belle soeur.

    Mais surtout j'ai d'abord fait la paix avec mon frère dans un premier temps, puis je lui ai pardonné surtout quand j'ai pris conscience il y a quelques années qu'il avait été lui aussi victime de notre mère.

     

     

    « 6 moisChapitre 5, partie 13 »

  • Commentaires

    2
    Mardi 27 Juillet 2010 à 16:46

    Ah oui? tu t'appelles Paquerette, moi c'est un pseudo, amsi j'en ai connu une vraie.

    Merci de ton passage

    1
    Dimanche 6 Juin 2010 à 21:40
    très émouvant
    maya1151
    étrange je m'appelle pâquerette c'est la troisiéme que je croise sur le net ayant un destin similaire.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :