• Chapitre 3, partie 8; la suite de ma vie en janvier 2001

     

    A cette période, je suis dans un état de fragilité et de sensibilité extrême. Une ancienne collègue perd sa mère, je vais avec les autres à la sépulture, je suis souvent en larmes, des paroles, des phrases entendues font écho en moi. Je pense à tous mes disparus,
     
    Cela ne m'empêche pas de m'investir dans mon travail, je rappelle que j'accueille une jeune de 12 ans qui a un retard intellectuel important, ne sachant ni lire, ni écrire, elle a aussi des troubles du comportement. Elle va dans un IME dans la journée et rentre à la maison en taxi en soirée.
    L'assistante sociale de l'institut ou je travaillais avant me demande si je ne veux pas étendre mon agrément afin d'accueillir une jeune de 18 ans pendant les vacances scolaires de février, j'accepte. Je connais cette jeune, elle est non voyante, avec handicap associé, s'exprime que difficilement, n'est pas autonome. je l'ai à temps plein pendant une semaine, et chose étrange, malgré ma fatigue j'ai plaisir à m'occuper d'elle, c'est assez gratifiant, elle s'attache à moi, la séparation est difficile.
    Je me demande aujourd'hui en 2011, comment j'ai pu faire pour tenir le coup à cette période, j'étais dans un état physique et psychologique déplorables, j'avais beaucoup d'obligations ménagères, mes deux plus jeunes enfants étaient encore présents à la maison, ma fille de 16 ans avait  besoin que je la conduise partout. Mon mari était aidant et soutenant, mais il travaillait. Je crois que ce qui me faisait du bien dans mon investissement professionnel, c'est de donner du bonheur à un enfant, c'était en quelque sorte, réparer le passé.
     
    Je me souviens d'une belle sœur qui passait régulièrement me voir et ne comprenait pas que je puisse aller mal. Ce jour là je lui ai dit que j'allais bien, c'est ce qu'elle attendait depuis si longtemps, eh bien elle était tout d'un coup très proche et compréhensive.
     
    Je fais encore des cauchemars de morts et de cimetières, les nuits ne sont pas reposantes.
    « Chapitre 3, partie 7; ma vie en janvier 2001Chapitre 3, partie 9; nouvelle séance psy »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :