• Chapitre 2, partie 3 - rentrée 2000

     

    Début Septembre; je revois ma généraliste pour un renouvellement, je lui fais part de mes migraines, elle ne sait pas trop, tatonne au niveau du traitement et me dit d'en parler à mon psy.

     

    Je reprends mon travail de famille d'accueil et reçois la jeune handicapée mentale de 12 ans. C'est difficile de retrouver le lien, elle était dans une autre famille d'accueil en Juillet et dans sa propre famille en Août. J'ai l'impression de retrouver une enfant sauvage. Elle passe une heure sans communiquer puis, petit à petit, reprend confiance, j'ai laissé les choses se faire seules, et j'ai eu raison.

     

    Ce jour là, mon père m'appelle pour me dire qu'il avait un problème de santé, il est hospitalisé pour un blocage urinaire. Il reste 2 ou 3 jours à la clinique mais devra subir une intervention de la prostate 15 jours plus tard. Les soucis pour lui vont commencer.

     

    Consultation chez mon psychiatre.

     

    - Alors, vous avez gardé les acquis ? vous êtes un peu plus attentionnée à vous ? vous avez mis en place des règles pour les enfants ? vous prenez un peu de distance par rapport aux tâches ménagères ? vous vous faites un peu plus aider , comment ça se passe ?

    & Oui, ça va mais c'est un petit peu tout ça, ce n'est pas toujours facile. Cela se passe beaucoup mieux avec mon fils ainé.

    - Vous voyez, quand les gens sont mieux, l'entourage est mieux aussi.

    & Oui, pour le travail à la maison, ça va mieux aussi, cela ne me coûte pas.

    - C'est déjà bien, car c'était surtout avec les enfants qu'il y avait des problèmes en dernier.

    & Oui, bon cela ne fait qu'une semaine que l'on est tous ensemble, les garçons sont rentrés de vacances, le second travaille avant la rentrée de la fac, ma fille a repris hier au lycée. Par contre, j'ai un problème c'est que mes migraines ont repris.

    - Vous avez vu avec le médecin traitant ?

    & Oui, je l'ai vue il y a deux jours., elle dit que ce sont des céphalées de tension, c'est surtout en fin de nuit et au réveil. je rêve beaucoup, de ma mère en ce moment, c'est toutes les nuits, je pense qu'il y a des choses qui ne sont pas réglées.

    - Est ce que ça veut dire que vous avez encore la tête pleine ?

    & De la relation avec ma mère, oui.

    - Et en vacances, vous rêviez de votre mère ?

    & Parfois, mais pas toutes les nuits.

    - Avant,quand vous aviez des périodes de migraine, vous rêviez beaucoup ?

    & Oui j'ai beaucoup rêvé et les migraines sont essentiellement la nuit ou au réveil.

    - Vous avez déjà pris des traitements de fond ?

    & Oui, j'ai déjà pris du L. et beaucoup d'autres choses, mais je n'ai plus envie de prendre des traitements de fond.

    - D'accord, c'est sans doute d'un autre ordre, et c'est quand vous n'avez plus le contrôle que votre inconscient travaille.

    & Ok, mais ces jours ci je repensais à un épisode de mon enfance, j'étais tombée lourdement sur la tête en sautant à la corde sur des marches, j'avais 8 ans. Ma mère était absente, j'étais allée chez un cousine âgée qui habitait à côté, elle avait fait appeler ma mère qui en arrivant m'avait giflée. J'avais déjà très mal et je pleurais...........ensuite, j'avais vomi, ma mère avait appelé le médecin qui avait dit de surveiller la conscience toute la nuit. Je ne sais pas si cela a un lien avec les migraines, mais j'y pensais.

    - Peut être bien, vous allez noter vos rêves et vous les apporterez.

    & En pensant à la relation avec ma mère, je pense à celle que j'ai avec mon père et qui est difficile.

    - Par exemple ?

    & Et bien, j'ai l'impression que quand je suis mal, il ne va pas bien. Par exemple lorsque nous étions en vacances, il m'a téléphoné et dit qu'il était sous prozac, j'étais contente qu'il communique un peu sur lui, cela m'a fait du bien.

    - Pourquoi ?

    & Parce que ce n'est jamais arrivé.

    - Et cela vous montre quoi ? qu'en comprenez vous ?

    & Eh bien, oui cela montre qu'il m'aime, mais.............

    - Mais il faut toujours que vous pensiez que si les autres ne sont pas bien, c'est parce que vous n'allez pas bien.

    & Non, c'est peut être une coincidence, mais quand j'allais mal au printemps, il était aussi sous prozac.

    - Et vous étiez contente ?

    & Non, je n'étais pas contente.

    - Ah bon, mais il est inquiet pour vous.

    & Il ne le montre pas vraiment, je parle de son indifférence à mon égard (je raconte l'histoire du jardin avant notre départ en vacances et l'envie de tout dire) mon angoisse ce jour là.

    - Et leur dire quoi ?

    & Et bien que je n'allais pas vraiment bien, et tout.

    - Quoi ?

    & Que j'étais dépressive et pourquoi.

    - Quoi ?

    & Raaaaaa, que c'était de la faute de mon frère.

    - Oui, vous pensez et c'est peut être vrai que ce fait là est la cause de votre dépression, mais vous faites toujours le lien comme si vous aviez besoin d'un peu de dépression. Vous voudriez qu'il sache que vous étiez en dépression, et je le dis bien au passé.

    & !!!

    - Vous comprenez, je sens que vous avez quand même de la rancune envers votre père quand vous dites qu'il n'avait qu'a s'inquiéter avant pour vous, comme si vous vouliez qu'il sache, d'ailleurs il sait peut être quelque chose, je ne sais pas, mais soit vous vous dites " je ne lui dirai rien, je le laisse tranquille" ou soit vous lui parlez et la relation entre vous sera meilleure.

    & Je ne me vois pas trop lui dire.

    - D'accord, mais quelle relation vous voudriez avoir avec votre père ?

    & Je ne sais pas, mais sans doute, le sentir plus proche et mieux communiquer avec lui.

    - Et vous voyez cela possible si vous ne lui dites pas ce que vous ressentez ?

    & Je ne sais pas, je me dis qu'avec son intervention, cela va peut être permettre quelque chose.

    - Et si vous parlez à votre belle mère, c'est peut être le moyen pour que votre père le sache, il le saurait ?

    & C'est pas sur, elle peut garder un secret, mais c'est parce que je lui en veux à elle que j'ai envie de tout dire, je n'ai pas envie de faire du mal à mon père.

    - Oui, mais vous avez déjà changé, quand vous leur avez dit, qu'ils n'étaient pas obligés de venir, vous n'aviez pas envie d'être bousculée ?

    & Oui, mais après je me suis effondrée, je voudrais pouvoir dire les choses sans cela.

    - Vous n'avez pas eu l'habitude de dire les choses qui fachent, qu'il y ait de l'émotion, c'est normal, l'essentiel c'est que ce soit dit et la relation peut changer. Il ne faut plus que vous ayez l'attitude d'une petite fille qui ne dit rien et ne se défend pas. Je pense qu'il faut que vous montriez à tout le monde et à votre père en particulier que vous êtes une femme heureuse, gaie avec votre mari et vos enfants, que vous ne donniez plus l'image d'une femme dépressive et votre père sera mieux.

    & Oui mais de toute façon il ne voit rien.

    - Vous croyez ?

    & Oui, je sais très bien cacher, jusqu'à ce que je parte en cure, il pensait que tout allait bien.

    - Pourtant vous dites qu'au printemps, il était sous prozac.

    & Oui peut être une coincidence.

    - Ok, bon on va s'arrêter là pour aujourd'hui.

    & Sinon je voulais vous demander un conseil pour ma fille qui fume depuis un an, elle a 15 ans,on le sait depuis quelques mois. Elle vient de rentrer au lycée, on ne veut pas lui augmenter son argent de poche, comme pour ses frères, elle se débrouillera quand même !!!

    - Le risque c'est qu'après ils fument autre chose. Est ce qu'elle mange beaucoup ?

      & Oui elle a du poids à perdre. Je l'emmène chez une nutritionniste

    - Parce que c'est du même ordre. Si elle veut arrêter, il y a des moyens il y a un service à l'hôpital, mais il faut la motivation.

    & Oui, je ne sais pas si elle veut arrêter.

    - Parlez en à sa nutritionniste, si cela passe bien.

     

      Séance riche et pleine d'émotions.

     

    J'ai vu la nutritionniste qui me dit qu'elle parle de tabac avec ma fille à chaque consultation, bon cela ne change rien à son comportement addictif aux aliments et au tabac.

    « Chapitre 2, partie 2 - Août 2000Chapitre 2, partie 4: mon père et ma belle mère »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :