• Ce passé douloureux, chapitre 2, partie 6

    Novembre 1998
    Je dis mon secret à une autre amie qui est touchée.


    Décembre 1998
    Mon amie M. me rapporte un livre qu’elle avait choisi dans ma bibliothèque quelques semaines auparavant, c’est «  le viol du silence » d'Éva Thomas. En me le rendant elle me dit : dis donc, tu te souviens de ce livre là ?

    Non je n’en avais aucun souvenir, c’est pourtant moi qui l’avais acheté, quand ??? Aucune idée.

    Je le relis et là, c’est énorme, même si mon histoire est différente de celle de l’auteur, ma souffrance, mes ressentis sont les mêmes.

    Mais comment une autre personne peut écrire des mots que j’aurais pu prononcer ? Je souligne les passages qui me parlent le plus, page après page, et je note les coordonnées de l’association SOS - inceste, c’est à Grenoble. Et je me dis : un jour je leur écrirai….

    C’est une véritable révélation, j’éprouve pendant cette lecture les mêmes ressentis, par rapport aux psys, aux personnes de l’entourage, la rancœur, la peur  envers les hommes, j’ai une partie des problèmes psychosomatiques qu’a eu cette femme. Ses écrits ressemblent tellement aux miens, c’est fou. Et surtout la souffrance d’après est la même.
    Je pense que je l’avais acheté et lu vers 1991, juste avant le début de ma dépression, et que cette lecture a été si douloureuse, si inacceptable, que j’ai du l’occulter comme j’avais à l’époque occulté le viol. Cela parait douteux pour des personnes qui n’ont pas vécu un tel traumatisme, et pourtant !!!

    Avec mon amie M. à qui je l’avais prêté, je peux en discuter, et je comprends que ma dépression a commencé lentement en 1990 après une hystérectomie, j’avais été amputée d’une partie de ma féminité, ce qui avait déclenché un grand vide en moi, comparable je le sais maintenant à tout ce que j’avais pu vivre dans mon enfance.

    C’est à cette époque et grâce à la lecture ou plutôt à la relecture de ce livre (merci M.) que je peux enfin parler de l’inceste chez ma psy et en séance de focusing, 2 ans et 10 mois après la sortie du déni, mais je vais très mal, comment faire pour sortir la tête de l’eau ? Je ne sais pas !!!
    Décembre 1998

    Période de dépression encore et tout ce qui l'accompagne: douleurs diverses, migraines, eczéma, nausées
    Période de grand vide aussi, ennui considérable: rien ne m'intéresse.
    Les enfants le sentent bien; Mon second fils ne va pas bien, il a 18 ans, pour ma fille (13 ans), c'est encore pire, elle voit sa psy, mais on dirait que cela ne l'aide pas.
    Je fais beaucoup de cauchemars: toujours un peu les mêmes, rêves de sang, de viol, puis de baptême, comme si je devais me purifier de toute cette saleté.
    Cauchemars de morts aussi, qui ne sont pas vraiment morts, qui bougent.

    « Ce passé douloureux, chapitre 2, partie 5 "ma fille et moi"Ce passé douloureux, chapitre 2, partie 7 »

  • Commentaires

    5
    Mercredi 8 Septembre 2010 à 09:05

    Oui cela a été très dur de faire supporter mon mal être aux enfants, mes fils s'en sortent très bien, c'est plus difficile pour ma fille qui était plus petite

    bises

    4
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 13:39
    Quelle épreuve ! Et tes enfants qui ressentent tout... Cela a dû être une autre culpabilité pour toi de voir tes enfants aussi mal.

    Mais ton amie t'a beaucoup aidée. C'est important. Elle n'était pas là par hasard tu sais... Il y a toujours une tierce personne qui intervient dans notre vie.

    Bisous,
    Solange.
    3
    Mercredi 5 Novembre 2008 à 16:00
    Appelle moi Isabelle alors! Isabelle a deux ailes pour voler très haut... Le sphynx, renait toujours de ses cendres... Non, je ne crois pas que l'on s'habitue à la souffrance, puisque on la ressent! Heureusement d'ailleurs, cela nous permet de prendre conscience, puis de faire face à l'agression. Pour ma part, j'étais dans ces moments là, une acharnée à vivre, je refusais d'être vaincue! Ouf, mais quelle énergie cela demande! Et quelle fatigue ensuite! Bisous Paquerette
    2
    Mardi 4 Novembre 2008 à 15:58
    Merci à toi, j'ai du mal à t'appeler par ton pseudo!!!
    Je vais bien maintenant ,merci, par rapport à cet inceste là.
    Il y a eu une traversée de l'enfer puis une autre traversée un peu moins douloureuse, ou alors s'habitue-t-on à la souffrance?
    Il y a des séquelles bien sur, mais enfin, je suis devenue quand même assez équilibrée.Je t'embrasse
    1
    Mardi 4 Novembre 2008 à 14:51
    Mais dis-moi Paquerette, comment vas-tu maintenant? Toute ta douleur me touche au plus profond de moi! Je te fais pleins de bises affectueuses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :